LA TOLÉRANCE



Au cours de sa vie, Sathya Sai Baba a souvent parlé de la tolérance que nous devons avoir envers les autres croyances, les religions et les gens différents de nous.

L’Ashram de Baba était un bel exemple de cette tolérance des religions et des gens venus de toutes les parties du monde.

Pour Baba, il n’y avait aucun doute à ce sujet, il aimait tout le monde et tolérait toutes les situations, même avec ceux qui ont tout mis en œuvre pour détruire son image et sa réputation.
Un jour il a dit : « Je suis sur le haut de la montagne. D’un côté, il y a les fidèles qui me louangent. De l’autre côté, il y a les gens qui me dénigrent. Je les bénis tous les deux. »

Mais pour les membres de l’Organisation Sai et les dévots de Baba, c’est une autre affaire.

Au cours de mes années actives au sein de l’Organisation Sai, j’ai souvent reçu la foudre de la non-tolérance de la part des dits dévots de Baba et également de la responsable de mon pays. À chaque fois, je me suis relevé en me souvenant des paroles de Jésus : « Pardonnez leurs, car ils ne savent pas ce qu’ils font. »

De nos jours, rien n’est changé. Les dévots de Baba continuent de dénigrer, discrétiser et diffamer les autres, signe d’une non-tolérance envers leurs prochains. Je me demande ce qu’ils ont retenu des enseignements de Sathya Sai Baba ?

Au cours de l’année 2019, le Prof. Anil Kumar a présenté différents exposés sur des sujets divers et a répondu à plusieurs entrevues. Au cours de ces rencontres, le sujet de Sri Madhusudan et de Prema Sai était souvent en avant-plan.

Je me permets, ici, de présenter quelques critiques du Prof. Anil Kumar, puisque le nom de Prema Sai est mentionné dans ses exposés.

Sujet : Prema Sai de Madhusudan et autres faux messies. Le 30 septembre 2019.

« Madhusudan a clairement indiqué qu’il avait l’intention de prendre un enfant et de le proclamer Prema Sai. Ce qu’il n’a pas annoncé, c’est que cet enfant sera choisi par eux parmi les enfants fréquentant le campus de l’école Mandya. Pourquoi l’enfant viendra-t-il du campus de Mandya? Parce que Swami a dit que Prema Sai serait du district de Mandya. Depuis que Swami l’a dit, l’obtention d’un campus dans le district de Mandya était la priorité absolue de Narasimhamurthy après avoir annoncé l’illusion du corps subtile en 2011. Par conséquent, c’était le premier campus que le groupe Muddenahalli a acheté et a commencé à y travailler.

Ils prendront un enfant du campus de Mandya, lui diront qu’il est Prema Sai et tenteront ensuite de le tordre pendant plusieurs années pour être leur prochaine vache à lait. C’est similaire à ce que les théosophes ont essayé de faire, il y a 100 ans, avec J. Krishnamurti. En fait, il existe de nombreux parallèles entre le cas de J. Krishnamurti et ceux de Madhusudan et de son Prema Sai fabriqué artificiellement.

Donc, ce que la Théosophie a essayé de faire avec Krishnamurti est exactement ce que Madhusudan prévoit faire avec son Prema Sai fabriqué. Il prétend que Prema Sai n’est actuellement qu’un garçon normal qui ne sait pas qui il est et qu’à un certain moment, après son arrivée à Muddenahalli, il sera possédé par le fantôme de Sathya Sai Baba, devenant ainsi Prema Sai. Madhusudan prétend également que ce sera son rôle d’« enseigner, former et encadrer » ce Prema Sai, afin qu’il sache comment être un avatar. Quelle absurdité! Un Avatar est né omniscient et conscient de qui il est, selon Baba. Il n’a donc pas besoin de formation! Seuls les désespérés croiraient cette affirmation.

Il existe des parallèles entre le World Teacher Project (Krishnamurti) et le projet que Narasimhamurthy a entrepris pour convaincre les gens que Madhusudan Naidu est Sathya Sai Baba, aussi ridicule que soit ce concept. Il semble probable que le processus de Théosophie pour transformer J. Krishnamurti en un supposé enseignant du monde est le modèle que Narasimhamurthy a utilisé pour l’auto-promotion progressive de Madhusudan, de « communicateur (de Baba) » à « véhicule (de Babab) » en « Sri Madhusudan Sai ».

L’idée que Madhusudan pourrait former quelqu’un à devenir un avatar est sa propre illusion. Madhusudan prétend être auto-réalisé et donc, sans illusion, mais en même temps, il prétend former Prema Sai sur la façon d’être un avatar! Quelle absurdité totale! Le vrai Prema Sai n’aura besoin d’aucune formation! Quand il s’agit de l’idée que Madhusudan enseigne à un avatar omniscient comment être un avatar, seuls les misérables ou les illusionner les plus profonds peuvent tomber dans ce mensonge flagrant!

Madhusudan affirme que leur Prema Sai sera totalement silencieux. Comme c’est tout à fait pratique pour lui, car il n’aura pas à enseigner au garçon à parler en public et n’aura pas à s’inquiéter de ce que Prema Sai reçoive la mauvaise publicité qu’il a dû endurer chaque fois qu’il contredit les enseignements authentiques de Sathya Sai Baba. Il dit simplement aux gens qu’ils doivent être spéciaux pour comprendre le silence de son Prema Sai. Et, leur ego voulant désespérément être considéré comme des êtres spéciaux, ses disciples prétendront avoir des expériences et des idées spirituelles inégalées.

Et n'oublions pas que Madhusudan prétend que son Prema Sai ne vivra que 54 ans, même si Swami a déclaré à Sri Sathya Sai Anandadayi que Prema Sai vivrait 75 ans :

Le présent Avatar vivra quatre-vingt-seize ans et, après un intervalle d’un an, Prema Sai Avatar assumera un corps humain et vivra soixante-quinze ans.
Réf. Sri Sathya Sai Anandadayi, Voyage avec Sai, p.64

Que se passera-t-il lorsque l’avatar fabriqué par Madhusudan atteindra 54 ans? Sera-t-il euthanasié afin d’accomplir la prophétie de Madhusudan? (…)

Voici une question de Terry Reis Kennedy, Vermont, Amérique. La question est la suivante:

Comment pouvons-nous amener la direction Sai à agir contre ce qui se passe avec Madhusudan et les dévots de Swami qui se précipitent pour se joindre aux fraudes de Muddenahalli?

C’est une question qui préoccupe l’Organisation Sai et les fidèles Sai du monde entier. Comment pouvons-nous obtenir cette direction Sai… eh bien, je suis tellement désolé de découvrir l’état actuel des choses que nous devons dire à la direction Sai de relever ce défi de l’époque. En fait, ils devraient être au premier plan et nous sommes tous là pour les soutenir. Nous sommes tous là pour fournir toutes les informations nécessaires. Nous sommes tous impatients de diffuser le message de Baba. C’est aux dirigeants de tirer parti de la main-d’œuvre dont nous disposons, des ressources dont nous disposons.

Donc, un leader devrait diriger, et cela ne se produit pas aujourd’hui. Ce que nous pouvons faire à cette heure, c’est que nous nous réunissions tous à notre humble façon dans les centres Sai, rencontrons les dirigeants, leur disons à quel point le problème est grave - que nous devons faire quelque chose - discutons en détail, élaborons une stratégie et travailler de manière intégrée et unie. Ainsi, nous pouvons aider les autres fidèles à ne pas se laisser emporter par les fausses déclarations de l’imposteur Madhu et aussi de l’endroit Muddenahalli. »

Rencontre du Prof. Anil Kumar avec le Dr Sandweiss des États-Unis, le 22 octobre 2019

Le Dr Sam Sandweiss interroge le professeur Anil Kumar sur le danger de Madhusudan, et voici sa réponse:
« Oui. La réponse est simple. Il est un imposteur. Toutes les astuces et la magie qu’il fait distraient l’attention de nombreux dévots. Les dévots sont emportés; les gens sont attirés vers lui. Il est donc vraiment dangereux parce qu’il divise et il confond. Il attire beaucoup de nos fidèles vers lui. De cette façon, nous perdons de la main-d’œuvre et des ressources. Il est très dangereux selon mon calcul. »

Anil Kumar a confié à des proches que l’Organisation Sai, tout comme l’Organisation de Madhusudan, avait deux candidats en liste pour Prema Sai. Un jour, un des deux sera choisi pour jouer le rôle de Prema. Sera-t-il formé aussi pour devenir un avatar, l’histoire ne le dit pas.

J’imagine voir Sathya Sai Baba, du haut de sa dimension, regardant la pièce de théâtre qui se joue devant lui. Une pièce de théâtre dont il est le créateur et le metteur en scène.

Devant ce spectacle, doit-il en rire ou en pleurer ?